Démystification

Parfois il nous est demandé si lors de nos pérégrinations glaciologiques nous ne sommes pas tentés de nous identifier à des Scott, Amundsen ou Shackleton. Certes la tentation peut parfois nous traverser l’esprit mais elle devient vite incongrue voir indécente, car à la différence de ces illustres personnages et de ceux qui les accompagnaient, nous ne sommes pas des héros polaires. Constat laconique qui en décevra peut-être certain(e)s mais qui néanmoins s’impose .. la raison ? Elle est très simple. Tout d’abord nous ne partons pas dans une logique de performance sportive, exploratoire, même s’il est vrai qu’il nous est donné l’occasion grisante de fouler des endroits que nul n’a jamais embrassé du regard et que l’isolement que nous subissons peut être lourd de conséquences en cas de défaillance technique ou d’accident. Notre entreprise est balisée (au moins virtuellement par les GPS et les divers systèmes de navigation et de communication), planifiée, sécurisée même, tant et si bien que la part d’inconnu et de risque devient alors vite ridicule face à celle que connaissaient nos prédécesseurs.
Pire ! nous jouissons d’un confort au quotidien que trop de gens malheureusement encore aujourd’hui nous envieraient… dodo au chaud sous une couette (si si, on a même laissé tomber les duvets), douche quotidienne pour ceux qui veulent, sans parler de la nourriture plus qu’abondante et de qualité. Les Scott et consorts doivent s’en retourner dans leur tombe quand on sait ce qu’ils ont vécu et dans quelles conditions. On comprend alors tout le ridicule de ceux qui essaient envers et contre tout de maintenir le mythe du héros polaire endurant des températures que même les thermomètres n’ont jamais mesurées ou des vents à faire décoller les manchots (ici point de bœufs à décorner..). Certes, notre périple n’est pas de tout repos, les journées parfois longues et les onglées sont légion, mais la garantie d’un repas copieux et du retour au chaud font vite oublier ces petites misères.
Tout bien considéré, elles représentent bien peu ces petites misères en regard des satisfactions que nous procurent à la fois la découverte de ces contrées uniques et notre motivation scientifique.

Bref, même si nous ne sommes pas des héros, même si Eléa s’est muée en une vulgaire cuve à fuel, la magie persistera toujours un peu …ouf ! on a eu chaud !!!

Manu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s