Un peu plus tard, toujours en Antarctique…

3 semaines que le raid Asuma est terminé…

Laurent et Anthony ont déjà retrouvé leurs petites familles. Samedi dernier, David et Christophe sont remontés dans les tracteurs pour un nouveau raid de plus de 2000 km. Un raid logistique cette fois, entre Dumont d’Urville et Concordia, pour approvisionner cette base continentale. Ils devraient y arriver d’ici une semaine… Dimanche, Damien, Manu et Vincent ont rejoint en hélicoptère l’Astrolabe, le navire qui ravitaille Dumont d’Urville. Il stationnait à 60 km de la côte, bloqué par la banquise, très présente cette année. Ils naviguent désormais vers la Tasmanie, où ils devraient revoir de la verdure et des klaxons d’ici la fin de semaine. Pour ma part, j’ai quitté Dumont d’Urville lundi matin à bord d’un petit avion DC3 qui m’a conduit en quelques heures sur la base franco-italienne de Concordia, à 3200 m d’altitude, où j’ai retrouvé Ghislain, arrivé là il y a 2 semaines… Il me reste une dizaine de jours pour effectuer ici ce que j’ai fait après le raid à Dumont d’Urville : maintenance des installations de prélèvement atmosphériques et des chromatographes utilisés pour analyser sur place certains des échantillons prélevés ; inventaire du matériel ; vérification des protocoles avec les jeunes en volontariat (civique à DDU, international à Dôme C) qui vont assurer pendant un an nos mesures : Solène et Kévin à DDU, Paul à Dôme C. La qualité des mesures sur le long terme (25 ans déjà à DDU, 12 à Dôme C) dépend de ces visites régulières sur les sites…

3 semaines que le raid est fini, et des images tournent dans ma tête. Des choses dont je ne sais plus si je les ai réellement vécues, ou simplement rêvées… Je repense aux vers des neiges. Les ai-je rêvés, eux aussi ? Inventés ? Demain, il faudra que j’aille fouiller la neige pour en avoir le cœur net. Est-ce l’altitude qui fait cet effet-là ? Des collègues du labo (qui ne sont jamais venus ici !) se plaisent à dire que quand on est ici, on ne réfléchit pas normalement, qu’on n’est pas capable d’avoir de vrais raisonnements scientifiques. Ceux-là même qui sont quand même contents de pouvoir exploiter les mesures qu’on fait sur ce désert ! Mais s’ils avaient raison… Si nous n’avions plus toute notre tête ? Si finalement ce raid n’avait jamais existé ailleurs que dans nos têtes, dans notre imagination ? Je n’ose en parler à Ghislain, lui demander si lui aussi il a le souvenir d’avoir navigué sur le Grand Blanc pendant un mois, dans des tracteurs ? Je crois que j’ai un peu peur de devoir admettre que tout ça n’était qu’un rêve…

Il y a pourtant bien ce bébé antilope qui me suit partout, et qui passe la plupart de son temps blotti dans ma combinaison, à dormir paisiblement. Alors, c’était vrai ?

A +

Bruno

dome-c-2017_0001_1
Station Concordia
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s